Espace Intégration

 

Un peu de technique

 

En résumé

1) En ligne 100 Volts, les hauts parleurs se branchent en parallèle et en phase.
2) La somme de la puissance des hauts parleurs doit être inférieure ou égale à la puissance nominale de l’amplificateur
3) Il vaut mieux multiplier les HP de faible puissance que de privilégier quelques HP puissants
4) Il faut utiliser :

- En 100 Vdes câbles 2×1.5² ou 2 x 2.5 ² multibrins pour les HP
- En basse impédance des câbles spécifiques HP
- Des câbles 2 conducteurs + blindage pour les micros
- Des câbles blindés paire à paire pour les pupitres

 

Pour en savoir plus

La sonorisation se décompose en plusieurs parties, ayant chacune ses spécificités. Il est compréhensibles que les besoins ne soient pas les mêmes entre une écoute haute fidélité à domicile et un concert en plein air de plusieurs milliers de personnes, entre la sonorisation d’une gare et celle d’un magasin…

 

Comment définir le matériel ?

Les différentes étapes d’une définition de sonorisation sont les suivantes :

- Définitions des sources (micros, musiques, téléphones…)
- Définition de la ou des zones de diffusion (rue, zones d’une usine, pièces d’une maison…)
- Définition du niveau de diffusion en dB
- Choix des hauts parleurs
- Choix du système de diffusion (100 Volts, basse impédance)
- Le chaînage : (Préamplis, matrices, amplis…)
- Choix du câblage

 

Les sources

Est appelée source tout signal audio destiné à être amplifié et diffusé. Il peut s’agir :

De parole :

  • A partir d’un micro main ou HF : discours, chant…
  • A partir d’un pupitre : Annonce, appel…
  • A partir d’un lecteur de message préalablement enregistré

De musique :

  • Radio (tuner)
  • Lecteur de CD, mp3…
  • Reprise d’un instrument par micros
  • Instrument électrique ….

De bruits :

  • Imitation du cri des oiseaux à partir des lecteurs de messages
  • Sirènes d’évacuation

 

Zones de diffusion

Les sources peuvent être diffusées :

- Systématiquement dans toute la zone où se trouvent des auditeurs potentiels

- Sélectivement dans certaines zones

  • Recherches de personnes par appel
  • Diffusion de musique sélectivement

 

Le choix des zones de diffusion peut se faire :

- A partir de la baie de sonorisation générale
- A partir de pupitre spécifiques
- Par télécommande infrarouge ou radiofréquences
- Par informatique

 

 

Définition du niveau sonore

 

Pour être audible, le niveau d’une diffusion doit être supérieur de 6 dB au bruit ambiant, pour une bonne intelligibilité, il est recommandé d’être supérieur de 10 dB au bruit ambiant. Cette règle est empirique et peut être étudiée plus précisément en fonction des fréquences à passer en priorité par rapport aux fréquences émises par le bruit de fond.

 

A titre d’information voici une idée du niveau sonore de quelques ambiances sonores :

  • 0 dB = seuil d’audition
  • 15 dB = niveau de bruit d’un bruissement de feuilles
  • 30 dB = niveau de bruit de chuchotements
  • 40 dB = niveau de bruit d’une salle d’attente
  • 60 dB = niveau de bruit d’un ordinateur personnel de bureau à 0,6 mètres
  • 65 dB = niveau de bruit d’une voiture roulant à 60 km/h à 20 mètres
  • 85 dB = niveau de bruit d’un camion roulant à 50 km/h à 20 mètres
  • 92 dB = niveau de bruit d’une tondeuse à gazon motorisée à 1 mètre
  • 95 dB = niveau de bruit d’une rotative à journaux
  • 103 dB = niveau de bruit d’un métier à tisser
  • 115 dB = niveau de bruit d’un marteau pneumatique à 1 mètre
  • 125 dB = niveau de bruit d’un avion à réaction au décollage à 20 mètres

 

Il faut noter que le doublement de la puissance électrique entraîne une élévation du niveau sonore de 3 dB (valeur minimum pour le ressentir).

Le niveau sonore décroît de 6 dB à chaque doublement de la distance par rapport à la source.

Il est donc préférable à puissance égale de multiplier les sources de petits niveaux plutôt que de privilégier quelques sources de fort niveau.

 

 

Choix des hauts parleurs

Un haut parleur se caractérise par quelques valeurs principales :

- Son impédance exprimée en ohms

- Le diamètre de la membrane exprimée en pouces ou en cm

- Sa bande passante

- Sa directivité exprimée en à une fréquence donnée

- La pression acoustique exprimée en Watts par m² à une fréquence donnée

- Les matériaux employés

 

Une enceinte se caractérise par les principales valeurs suivantes :

- Le nombre de hauts parleurs

- La pression acoustique globale exprimée en Watts par m² à une fréquence donnée

- Les matériaux employés

- Sa géométrie

- Sa puissance nominale exprimée en Watts « RMS »

- Sa puissance maximale admissible
Le choix d’une enceinte dépend :

- De la pression acoustique nécessaire

- De la bande passante nécessaire

- De la directivité en cas de local réverbérant

- De l’esthétique

- Du degré de protection contre les intempéries et les vandales

- Du type de montage

 

Il faut noter que :

- La courbe de réponse suffisante sera environ 200-6000 Hz pour de la diffusion de parole, 150 – 8000 Hz pour de la musique d’ambiance, 80-15 000 Hz pour de la musique de qualité, 20-20 000 Hz pour de la qualité HiFi (bien que nos oreilles d’adultes n’entendent plus depuis longtemps ses fréquences extrêmes)

- Les fréquences en dessous de 300 Hz risquent de poser des problèmes d’intelligibilité dans les locaux réverbérants

 

Système de diffusion : Ligne 100 V ou basse impédance ?

La technique en basse impédance sera privilégiée partout où le résultat recherché est la qualité audio.

Dans les systèmes multiroom chez le particulier où dans le secteur tertiaire haut de gamme, grâce à la qualité du matériel ARTSOUND, il est possible de distribuer un signal différent dans plusieurs pièces à partir d’un seul appareil, sur les enceintes de la gamme appropriées au lieu. Le contrôle du système pourra alors être déporté sur smartphone, écrans tactiles, télécommandes…

 

Pour les besoins de sonorisation de lieux publics nécessitant une répartition audio sur des grandes distances ou des grandes surfaces, le principe de la ligne « 100 Volt »sera adopté. Il  est simple : Le signal audio amplifié étant un courant électrique, plus la tension est élevée, moins la perte de chaleur dans les câbles se fait sentir.

 

Longtemps décriées par les tenants de l’audio-pro, la ligne 100 Volts apporte pourtant de nombreux avantages en multidiffusion :

- Section de câbles plus faibles

- Remplacement de l’adaptation d’impédance par une adaptation en puissance : La somme de la puissance des hauts parleurs doit être inférieure ou égale à la puissance nominale de l’amplificateur

- Possibilité de fonctionnement avec un ou plusieurs HP hors service sans dommage pour les amplis

- Qualité sonore préservée améliorée grâce à la qualité des transformateurs modernes

 

 

Sono mixte

De plus en plus d’installations sont effectuées en mixant les deux systèmes de diffusions. Par exemple dans une salle de sport, il est possible de sonoriser le bar, le hall d’accueil, les vestiaires en 100 Volts et d’amplifier les mêmes sources dans l’enceinte avec un système dit « spectacle » (enceinte basse impédance, amplis stéréo de fortes puissance…)

 

Le chaînage

Un chaînage de sonorisation comporte :

- Les sources

- Les préamplifications (matrices, table de mixage…)

- Les traitements sonores (égaliseurs, ligne à retard…)

- Les amplificateurs…

- Les enceintes

 

Le choix du chaînage exact dépend :

- Des caractéristiques de la source (fréquences, niveau…)

- De la distance de la source par rapport à l’ampli (nécessité de préamplifier au départ.)

- Des besoins de diffusion (zones, matrices…)

 

 

Quels câbles utiliser ?

 

Câble HP recommandé : 1 paire en cuivre multibrins souple non blindés

 

Distance maximum en km :

 

1 mm²

1.5 mm²

2 mm²

2.5 mm²

30 W

2

3

4

5

50 W

1.8

2.7

3.6

4.5

100 W

0.9

1.35

1.8

2.25

150 W

0.6

0.9

1.2

1.5

300 W

0.3

0.45

0.6

0.75

400 W

0.13

0.195

0.260

0.325

 

 

Câble micro

Toujours utiliser un câble souple 1 paire blindée. La liaison peut être asymétrique (point chaud et point froid à la masse) pour les faibles distances (inférieur à 30 m). Pour les grandes distances, il est préférable de symétriser (point chaud, point froid et masse) le signal de manière à ne pas amplifier les parasites se trouvant irrémédiablement sur la ligne (phénomènes d’induction, câbles courants faibles à proximités…).

 

Liaison spécifiques micro-pupitres

Souvent, les micros-pupitres possèdent plusieurs fils :

- La modulation en symétrique (point chaud / point froid)

- La masse

- Les alimentations (15 à 48 V, fantôme ou non)

- Les télécommandes

 

Il est alors préférable d’utiliser du multipaire blindé deux à deux pour éviter les interférence.

 


La sono de sécurité

 

La norme européenne NF EN 60489 d’août 1998 est appelée à remplacer l’annexe A de la norme française NF S 61-936 relative aux système de sonorisation de sécurité (SSS). Cette nouvelle norme est théoriquement applicable depuis le 1er janvier 2001 et a la particularité de traiter du système de sonorisation dans sa globalité, ce qui signifie que différents aspects tels que matériels, installation et intelligibilité sont abordés.

Cependant, de nombreuses interrogations sur les modalités d’application de cette norme subsistent. En effet, de la même façon qu’il n’existait pas de marque de certification pour les systèmes de sonorisation conformes à la norme NF S 61-936, il n’existera pas de marque de certification pour les systèmes conformes à la norme NF EN 60-849. Il sera toutefois possible d’obtenir des rapports d’essais privés (par exemple par le C.N.P.P. – Centre National de Prévention et de Protection) de conformité à la norme mais uniquement pour ce qui concerne les aspects matériels du système. En ce qui concerne l’intelligibilité, qui ne pourra évidement pas être vérifiée en laboratoire, il est impératif que des mesures (respectant par exemple les dispositions de la NF EN 60268-16) soient systématiquement effectuées sur le terrain (minima d’intelligibilité = 0.5 STI), faute de quoi il sera bien entendu abusif de prétendre respecter cette norme.